• La troupe de malchanceux se faufilait à la suite de Mélo dans les ruelles de la ville plongée en plein chaos. La foule n'était qu'une cohue insensée et hurlante, affolée par la vingtaine de dragons furieux crachant leurs flammes à tout-va. La devanture de bois coloré d'une échoppe s'affaissa et heurta le crâne de Jack avec un bruit sourd, qui vociféra :

    - C'est vraiment nécessaire de se doucher maintenant ? Vous ne trouvez pas qu'on a déjà assez de problèmes comme ça ?!

    -Mets-la un peu en veilleuse, Mister Freeze! On n'a pas plus envie que toi d'y aller dans ces conditions, mais Miss-Casse-Burne va nous harceler tant qu'on n'y sera pas allés! Et en plus elle fouette, la gouge! Rétorqua Tamalice sur le même ton.

    -On n'a qu'à l'abandonner, intervint Mayumi les dents serrées, se pinçant le nez pour ne pas respirer l'odeur infecte qui émanait de Mary-Sue, qui lui jeta un regard de haine pure.

    Leur guide se stoppa net et tous se heurtèrent dans leur précipitation pour s'arrêter. Devant eux se dressait un large monument de briques blanches et mauves, cerné par des rangées d'arbres fruitiers. Des gens en sortaient en piaillant, agrippant leur serviette, avant de fixer la débandade à l'extérieur et de faire demi-tour vitesse grand V en beuglant encore plus fort.

    -On est arrivés ! Les bains publics de la cité, annonça fièrement la fille-chat.

    -Alors, on entre, on met Mary-Sue à la flotte... commença Pitch.

    -On vole l'argenterie et on fait les poches des gens, continua Tama.

    -On la sort et on file trouver quelqu'un de compétent qui puisse nous aider.

    Les six semeurs de trouble entrèrent dans le bâtiment. Des bassins s'étendaient dans plusieurs grandes salles, en partie cachées par de légères tentures bariolées, tandis que des habitants piétinaient sur le sol glissant, affolés par la confusion qui régnait à l'extérieur. Un homme dans la trentaine dérapa en tentant de se cacher à l'arrière du bâtiment et tomba à l'eau dans un "plouf!" sonore. Mayumi se dirigea vers un placard et en sortit une serpillère qui avait connu des jours meilleurs, et s'approcha de la splendide jeune fille, désormais recouverte de vomi. L'elfe comprit ce qu'elle avait en tête et l'imita, et se plaça à ses côtés, brandissant son balai en direction de May. Elle était prise en tenaille entre la piscine et les deux étudiantes.

    -Attendez, qu'est-ce que vous faites là? Vous n'allez quand même pas me pousser à la flotte comme une malpropre ?!

    -Ceci n'est pas un exercice, fit la blonde en la regardant de dessous sa frange. Vous avez le droit de garder le silence pendant la procédure.

    -Et t'es carrément une malpropre, rajouta Tamalice. Elles la projetèrent dans l'eau.

    La brune s'effondra en arrière en hurlant, disparaissant sous la surface avant d'émerger en aspirant goulument l'air. Elle croisa les bras pour garder un minimum de dignité et proclama:

    -Je décide de renoncer à garder le silence! Et se mit à invectiver férocement les deux autres, alors que celles-ci frottaient sans pitié les restes de gerbe du dragon, lui tapant le visage un peu trop souvent avec leurs ustensiles pour que ce soit du hasard.

    Pour une fois dans leur vie, Jack Frost et Pitch Black se regardèrent, lisant chacun dans les yeux de l'autre à quel point ils étaient en accord.

    -On n'est pas près de sortir de cette galère, hein?

    Profitant du spectacle, Mélo miaula joyeusement.

    ***

    La peau rouge et cuisante, Mary-Sue guettait avec rancœur ses deux tortionnaires, qui trottinaient derrière les deux hommes, portés par leurs longues jambes. Ouvrant la marche, leur conseillère les menait de venelle en venelle, évitant la foule. Selon ses dires, le cabinet du mage dont elle leur avait parlé n'était plus qu'à quelques rues de là où ils se trouvaient. Il n'y avait qu'à espérer que ce n'était pas un charlatan. Ils avaient expliqué à Mélo en long, en large et en travers tout ce qui leur été arrivé depuis le début de leur aventure, qu'ils ne venaient pas de ce monde et cherchaient à y rentrer. Elle leur avait alors proposé de les conduire chez maître Dohum, un savant génial mais acariâtre et odieux comme un ratel. Ils s'étaient donc tous mis en route, appâtés par l'aubaine que cela représentait.

    -Cette histoire est ridicule. Vous allez demander à un vieux déchet bigleux de nous renvoyer chez nous avec de la poudre de Merlinpinpin, intervint soudainement May. Elle se colla aux Légendes et rajouta d'une voix lascive :

    -Je peux vous aider, vous savez... Vous et moi, nous voulons la même chose : nous débarrasser de ces cageots et rentrer chez nous... On pourrait même rentrer chez moi, ponctua-t-elle d'un frôlement de langue sur le sweat de Jack. Il bondit sur le côté, les yeux exorbités, alors que Mayu vit rouge. Tamalice l'empêcha d'égorger la grognasse avec les dents et assura:

    -Tu sais quoi Mary-Sue? Tant la cruche va à l'eau, qu'à la fin tu nous les brise.

    -Ne menace plus jamais la vertu de Jack, tu entends, espèce de serpillère à foutre ?

    La beauté la dévisagea, dédaigneuse:

    - Mais ma pauvre chérie, tu crois vraiment qu'avec un physique pareil notre beau gosse du groupe est prude? La seule qui doit encore être vierge ici c'est toi.

    Pitch poussa alors un soupir exaspéré, un jet de flamme passant à un mètre au-dessus de sa tête.

    -Vous passez la nuit dehors et déclenchez une guerre civile involontairement, personne ne veut savoir ce que ça donne si vous vous provoquez. La prochaine qui l'ouvre, je la prends pour la taper sur l'autre.

    -Si je l'ouvre, tu me prends? demanda Tamalice, la  bouche en cœur et l'air coquin. Un vent de malaise flotta sur le groupe, dans une bulle de silence embarrassée.

    Elle vola dans le mur avec le revers de Black.

    -Joli crochet du gauche, siffla Jack, qui commençait à considérer utiliser la même méthode contre les deux autres hystériques. Ils se remirent en route, l'elfe louchant et claudiquant derrière eux.

    ***

    -Il est vierge.

    -Il est pas vierge.

    -Il est vierge.

    -Il est pas vierge.

    -Il est vierge.

    -Il est pas vierge, ça se voit dans ses yeux qu'il a été déniaisé, contrairement à toi, railla Mary-Sue. Au bout d'un quart d'heure de ce régime, l'esprit du froid n'en pu plus et explosa :

    -Arrêtez de nous gonfler avec ça! Je suis mort avant d'avoir pu faire quelque chose.

    Quatre paires d'yeux ronds comme des soucoupes se tournèrent vers lui tandis que la cinquième contemplait l'officine surmontée de tuiles rouge et d'un panneau indiquant : "Maître Dohum - Enchanteur et savant". Mélo annonça, alors que des cris de guerre retentissaient à quelques rues à peine:

    -C'est ici ; on va voir ce qu'il peut faire pour vous, puis elle ajouta en gloussant joyeusement : "Qu'est-ce que ça va être cocasse!"

    -Pourquoi ça ne me mets pas en confiance tout ça? soupira la blonde, blasée, tandis que leur guide se frottait les mains, anticipant le spectacle auquel elle allait assister. Mais personne ne semblait rejoindre l'avis de Mayu. Tamalice mit ses mains en porte-voix et lança, tout en s'avançant vers la porte de la boutique:

    -On ne va pas en rester là l'Esquimau, je vais te chambrer jusqu'à ce que tu n'en puisses plus.

    -Je suis compréhensive, à l'écoute et experte, la personne idéale pour cueillir ton petit flocon, minaudait Mary-Sue.

    -C'est sûr, son lit c'est comme la mort, tout le monde y passe.

    -Moi, j'ai été marié trois fois, ricana le Croquemitaine avant que May n'ait rétorqué.

    -Et en même temps, souligna l'elfe, admirative. Il la dévisagea d'un air suspect.

    -Tu fouilles dans mes poubelles aussi?

    -Pour ça, il me faudrait ton adresse? Vous habitez chez vos parents?

    -Trouvez-vous une chambre et décarrez de mon pallier, bande de vermines lubriques!! tonna une voix scandalisée. Tous sursautèrent, sauf Pitch, et firent volte-face.

    Un  gnome antique, rabougri, chauve et plissé comme un vieux pruneau les toisait de toute son ardeur et de son humble mètre quarante.

    Jack balança sa main devant la bouche de May avant qu'elle ne s'esclaffe, alors que Mélo se déplaçait subrepticement derrière le vétéran du siècle. Les deux amies se concertèrent du regard, inspirant un grand coup et se lancèrent.

    -Ecoutez, ça va vous semblez complètement fou...

    -Euh, bonjour d'abord, non?

    -Ah oui, bonjour! Bonjour monsieur. Donc nous disions, il nous est arrivé un truc dingue.

    -Genre, mais du grand n'importe quoi, vous voyez?

    -Bref, on est des victimes. Et ça nous met un peu les boules.

    -On en a gros, ouais.

    -Nous-n'avons-rien-demandé. Et ça nous tombe, là, comme ça, sur le coin du museau.

    -Pas que la compagnie soit désagréable, hein, enfin à part la délinquante sexuelle, là, bien sûr.

    -Une vraie nymphomane. Mais on en a assez!

    -C'est mauvais pour le moral des troupes, vous savez, c'est, comme, euh, la choucroute.

    -La choucroute?

    -Bah oui, c'est bien un instant, mais ça finit par être lourd. Pis ça pue en plus!

    -Ah mais oui! Et du coup, on n'en peut plus.

    -Et il paraît que vous pouvez nous aider. Vous pouvez nous aider, hein, monsieur? termina Tamalice, pleine d'espoir. Jack et Pitch se dévisagèrent encore, pour la même raison que la dernière fois. Bon Dieu, ils étaient pas dans la bouse.

    L'ancêtre passa une longue minute à les scruter, l'air soupçonneux. Puis il soupira et rentra à l'intérieur quelques instants. Les deux filles se retinrent de sauter de joie.

    -J'ai éventuellement de quoi vous venir en aide. Prenez ça.

    Il tendit une vieille botte en cuir à Mayumi, qui s'abstint prudemment de la renifler, et une carafe remplie d'un liquide à l'autre. Puis il posa délicatement un vieux grimoire sur le sol et l'ouvrit à une page recouverte d'un charabia manuscrit. L'alphabet était latin, nota la fille aux cheveux roses, ahurie. Il reprit la parole:

    -L'une d'entre vous va lire à voix haute le contenu de cette page, pendant que l'autre fera un "si" -la note- sur la syllabe "ouh" d'une voix ininterrompue. Vous devrez aussi verser le contenu du calice dans le réceptacle, la botte de sept lieux, puis procédez de manière inverse tant que l'incantation ne sera pas terminée.

    Elles se concertèrent du regard, conscientes de la gravité de la situation et, solennelle, Mayumi prit la parole:

    -C'est peut-être notre seule chance... Peu importe à quel point on apprécie Jack et Pitch -mais surtout Jack-, notre vie est en danger ici. On ne cause que des problèmes. Et on leur doit bien ça, finit-elle, en adressant un sourire résigné et sincère au beau garçon se tenait debout, immobile. Tama soupira.

    -C'est notre devoir, conclue-t-elle. Nous devons nous en acquitter.

    Elles déglutirent et s'accroupirent pour pouvoir lire le texte, leurs artefacts à la main. La blonde ouvrit la bouche pour faire sa vocalise et la seconde commença à réciter la formule, attentive à ne buter sur aucun mot. Elle versa le liquide de la coupe dans la botte, avant que Mayu ne fasse le processus inverse, toujours en continuant sa part du rituel, et elles recommencèrent jusqu'à ce que Tamalice ait finit de lire le charme. Elle releva la tête, fière, et considéra son environnement.

    Elles venaient de passer cinq minutes, l'une parlant le charabia, l'autre la bouche en cul de poule à faire "ouh", et à verser de la flotte successivement dans une savate et une cruche.

    Une goutte de sueur coula sur sa tempe et ses joues se mirent à brûler.

    -Mais vous êtes vraiment connes comme des balais, cracha Mary-Sue, alors que Pitch et Jack fondirent en larme en se tapant les cuisses et se bidonnèrent comme des damnés.

    Mayu écarquilla les yeux en direction du mage et bégaya:

    -Vous, vous, vous vous êtes foutu de nous!

    -Bien sûr que non. Continuez comme ça une petite journée et des gens vont vous emmenez dans un joli endroit où l'on soigne les gens comme vous, pour les aider.

    Le sourire le plus hypocrite depuis le début de la lignée humaine était nonchalamment affiché sur sa figure, comme une cible qui réclame qu'on lui éclate une chaise dessus. Au diable le respect pour les vieux pourris dans son genre. Il tourna les talons, rentra à l'intérieur et claqua la porte. Avant de la rouvrir en pestant et de sortir une Mélo feulante par la peau du cou. Puis il rentra à nouveau, un bruit de verrou tintant immédiatement après.

    -Vous nous avez floué! Vous vous êtes fichu de nous! braillèrent les filles en tambourinant à la porte. La déception et l'humiliation brûlaient dans leur tête, consumant toute raison.

    - Pollué du bulbe! Saleté de pervers incontinent!

     -On devrait éliminer tous les vieux à la naissance!

    -Si les tocards asociaux volaient, vous seriez chef d'escadrille!

    -Retournez étudier vos bocaux en formol,  vous y serez bientôt, vieux débris!

    La porte s'ouvrit à la volée et les catapulta en arrière. Maître Dohum tira une fiole de sa manche et la brisa au pied de Mayumi, explosant et l'emmurant dans une nappe de fumée dense. Tamalice glapit lorsqu'elle subit le même sort, et les quatre autres reculèrent brusquement en voyant qu'il y avait encore assez de fioles pour eux entre les serres de l'homme enragé. Des éclats retentirent à nouveau et ils furent tous enveloppés dans ces épaisses chapes de gaz.

    Quand la vapeur se dissipa, affolés, ils baissèrent les yeux pour contrôler que rien ne leur était arrivé.

    Oh non.

     

    En lieu et place de Mélo, Jack, Pitch, Mary-Sue, Mayumi et Tamalice, se tenaient une chimère ignoble, un manchot, un cacatoès, un chihuahua, un lama et une âne.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique